nicoLire "C'est ce qui divise les hommes qui multiplie leurs différents."   Pierre Dac
Le coin de nicolas Ribol
Accueil
Accueil
forum
Forum
Livre d'or
Rêves
cadeaux
Cadeaux
Liens
Liens
Chercher
Recherche
ecrire
Ecrire
Imprimer
Imprimer
nR - Présentation Salle d'attente

"La salle d'attente"

19/11/2000


Cliquez ici pour démarrer


Table des matières

Diapositive 1

Diapositive 2

Diapositive 3

Diapositive 4

Diapositive 5

Diapositive 6

Diapositive 7

Diapositive 8

Diapositive 9

Diapositive 10

Diapositive 11

Diapositive 12

Autres informations:

La salle d'attente est inscrite dans le concept nicolasRibol
  Tout récemment, l'Ordre des Médecins s'est préoccupé à son tour de salles d'attente et de leurs usages, attestant, s'il en était besoin, le rôle précurseur de nicolas Ribol 

nR - La salle d'attente

Un éclairage incisif sur les réflexions ordinales - courrier au Quotidien du Médecin  publié le 20 novembre 2000

Présentation à la réunion "Cabinet 2000" à l'Hôtel-Dieu de Paris -  La salle d'attente, aspects culturels et juridiques - 18/11/00

Les salles d'attente de nicolas Ribol
ICI   &  

Vos salles d'attente (chantier)

La salle d'attente sur Atoute

 

Contact


Pour obtenir les meilleurs résultats, utilisez
Microsoft Internet Explorer

nicolas Ribol - Accueil

RETOUR

© MediaMed - 1003.4 060807

le staff le staff    forum

Page d'accueil :   http://www.nicolasribol.fr.fm

Télécharger la source de la présentation

La salle d'attente - aspects culturels et juridiques

Lieu privé recevant du public, la salle d'attente d'un médecin n'a pas de statut juridique particulier.

Cela ne signifie pas qu'il s'agisse d'un espace de liberté, car certaines règles s'imposent aux praticiens, comme l'aménagement des espaces pour l'accueil des handicapés, devenu obligatoire à l'occasion de travaux de transformation, ou l'interdiction de fumer.

Il en est ainsi encore des redevances payées à la SACEM lors de la diffusion de programmes musicaux ou télévisuels.

De plus il y a obligation d'afficher :

  • - les tarifs des principaux actes effectués (arrêté du 11 juin 1996[1]) ;
  • - la situation au regard de la convention (arrêté du 11 juin 1996[1]) ;
  • - l'avertissement aux patients lors de l'utilisation de fichiers informatiques (loi Informatique et libertés du 6 janvier 1978) ;
  • - l'éventuelle utilisation de données nominatives les concernant dans le cadre d'études épidémiologiques (loi n° 94-548 du 1er juillet 1994) ;
  • - le numéro de téléphone à appeler en cas d'urgence (arrêté du 25 juillet 1996[2]) ;
  • - le rappel du 15 pour les urgences vitales (arrêté du 25 juillet 1996[2]) ;
  • - l'appartenance éventuelle à une association de gestion agréée et ses conséquences (décret du 27 juillet 1979).

Parfois, le souci de santé publique n'apparaît pas au premier plan :

  • associations culturelles ou sportives locales qui souhaiteraient disposer leurs publicités pour les manifestations qu'elles organisent ;
  • laboratoires pharmaceutiques ;
  • syndicats médicaux proposant des affiches expliquant les causes d'une grève ou d'une manifestation lors de conflits avec les caisses d'assurance maladie ou les pouvoirs publics, ou invitant les patients à signer une pétition.

Certains confrères n'hésitent pas à utiliser cet espace à des fins de propagande politique, religieuse, voire sectaire.

Il existe aussi des tentations d'ordre ludique ou culturel :

  • jouets (penser à la décontamination) ;
  • exposition de tableaux, vernissages (interdit car risque de publicité indirecte) ;
  • festival de fax ;
  • spectacles (clown chez le pédiatre) ;
  • soutien scolaire.

Il s'agit en fait de créer des "compagnons de salle d'attente".

Dans cette optique, l'assureur des locaux doit être interrogé afin de vérifier leur couverture en cas de risques inhabituels. Il faut aussi contrôler que l'assurance de responsabilité professionnelle couvre un risque supplémentaire d'accident en salle d'attente.
La réponse est donnée au cas par cas par l'assureur.

Il existe des tentations d'ordre commercial :

  • location de salles ;
  • distributeur de boisson ;
  • dégustation de produits régionaux.

Selon le Conseil de l'Ordre, le local, annexe d'un cabinet ou service médical et dans lequel le public ne pénètre qu'en vue d'un examen médical, n'a pas vocation à être utilisé à d'autres fins que professionnelles.

Si pour rendre plus agréable le temps d'attente des patients, le médecin peut y apporter des aménagements personnels, ce ne peut être que dans les limites rappelées dans le rapport du docteur Stefani (octobre 2000).

En tout état de cause, tout acte de commerce (vente directe ou proposition de vente sous quelque forme que ce soit) y est interdit, en application de l'article 19 du code de déontologie médicale.

Pour ceux dont la passion est de faire attendre leurs patients dans les meilleures conditions possibles, une solution est de gérer une salle d'attente virtuelle, sur Internet.

Le site www.nicolasribol.fr.fm exploite une salle d'attente triste et gaie. Il est possible d'envoyer une photo de sa salle d'attente. Elle sera mise en ligne accompagnée d'un lien vers le site du médecin s'il en possède un.

Marc Godart

[1] Legifrance. Arrêté relatif à l'information sur les tarifs d'honoraires pratiqués par les médecins libéraux (11 juin 1996).
[2] Legifrance. Arrêté relatif à l'information du consommateur sur l'organisation des urgences médicales (25 juillet 1996).

© 1999-2007 MediaMed Le coin de nicolas Ribol - nRx3000.5 010106


Portix-PHP - GNU Public License - © 2001-2002